Niels Benoist

                    Recueilli dans sa plus tendre enfance par un japonais adepte de photographie, le petit Niels put ainsi aguerrir son oeil affûté et traquer l’instant comme un renard qu’il est.

Une fois son éducation achevée, il croisa alors, au détour de ses voyages, le chemin de cette bande de fous bondissant comme des chats en cavale. Jamais le mouvement ne lui parut si facile et il brûlait d’envie de voler comme eux, mais la première courbette eut fini de le décourager, lui dont le vocabulaire acrobatique s’arrête à galipette. La cinématographie s’imposa alors à lui pour tenter de saisir, non sans peine, l’insaisissable.